Logo Museo Villa dei Cedri - Bellinzona Logo Museo Villa dei Cedri - Bellinzona

DEU  |  ITA  |  ENG

Collection du Musée

Histoire de la collection

Le musée raconte et se raconte

 

Depuis sa création, le musée a d’une part donné la priorité au volet historique régional consacré avant tout à l’art des XIXe et XXe siècles de la région lombardo-tessinoise et suisse et, d’autre part, s’est ouvert à la scène artistique contemporaine nationale et internationale, avec une attention particulière au secteur graphique. Le patrimoine de la ville, enrichi au fil des ans par d’importantes collections monographiques, comprend aujourd’hui plus de trois mille cinq cents pièces, dont des peintures, des œuvres sur papier et des sculptures, représentant ainsi un important point de référence pour la culture figurative moderne et contemporaine de la région et au-delà.

 

En trente ans d’activité, cette institution a voulu et su mettre le contexte local en dialogue avec le contexte international, plaçant le Tessin au centre d’une double investigation : celle qui s’adresse diachroniquement à l’histoire du Canton et celle qui s’étend au-delà de ses frontières vers l’Italie proche et au Nord des Alpes. Parmi ces pôles se trouve en effet l’identité culturelle complexe de cette terre, coincée entre les Alpes et la plaine du Pô, et c’est pourquoi, déjà à l’époque ducale, on l’appelait « giave e porta d’Italia » (javelot et porte de l’Italie).

 

Comme dans la plupart des musées municipaux, le Musée Villa dei Cedri doit sa naissance à une passion pour les collections privées qui s’est ensuite traduite par un mécénat généreux. Dans la conviction que l’art, plutôt qu’un fait privé, doit représenter la pensée et l’identité civile d’un Pays, dans les années 1970 du siècle dernier Adolfo Rossi, riche banquier résidant à Varèse mais originaire de Bellinzone, et Emilio Sacchi, docteur de Bellinzone, ont fait don à la Ville de leurs collections d’art respectives, constituées principalement de peintures datant du XVIIe au XXe siècles. Ces donations ont été réalisée grâce à l’intérêt démontré par le maire de l’époque, Athos Gallino, médecin, premier promoteur de la naissance de la Galleria Civica, aujourd’hui Museo Villa dei Cedri, et président de l’Association Amici di Villa dei Cedri (qui est devenue une fondation en 2007).

 

Provisoirement situées au troisième étage de l’Hôtel de Ville, les collections Rossi et Sacchi ont ensuite afflué dans la Villa dei Cedri où, en 1985, le musée a été inauguré avec la présentation de la collection Adolfo Rossi, composée d’environ soixante-dix œuvres de l’école italienne de la seconde moitié du XIXe et début du XXe siècle, dont des peintures de Luigi Rossi, Guido Tallone, Antonio Ciseri, Luigi Nono, Eleuterio Pagliano et un dessin sur papier par Giovanni Segantini.

 

La disposition générale de la galerie Rossi a déterminé l’orientation et les acquisitions du musée nouveau-né, alors appelé Civica Galleria d’Arte. Grâce aussi à la générosité d’autres collectionneurs de Bellinzona comme les couples Moretti et Pico, l’institution a rapidement enrichi et complété son noyau original avec des œuvres d’intérêt absolu, principalement de la fin du XIXe siècle. Parmi ces œuvres, apparaît le Studio di testa [Étude de tête, 1899] de Giuseppe Pellizza da Volpedo (donation Anita et Luciano Pico 1989) qui remonte à l’époque où l’artiste lombard fréquentait l’école de Cesare Tallone, où se formèrent un groupe important d’artistes lombards et tessinois. L’entrée dans la collection de ce portrait a à son tour favorisé la donation en 2001 des Amis de Villa dei Cedri de la Testa di vecchio con barba e berretto [Tête d’homme âgé avec barbe et bonnet] (1885) de Cesare Tallone, qui révèle sans équivoque l’influence exercée par le maître sur son élève. Villa dei Cedri possède un autre portrait par Cesare Tallone Giovane donna [Jeune femme] (1902), également offert par le couple Pico en 1987, caractérisé par ses fonds typiques, presque « matériels » de couleur terre, et par la solidité plastique du modèle. En 2008, le musée a consacré une exposition monographique à ce peintre, précédée par l’exposition de 1989 sur son fils Guido, présent dans la collection avec un fonds conçu à partir d’un paysage à l’huile appartenant au legs Rossi et deux autres paysages donnés par le couple Pico.

La collection Berta a été constituée à la Villa dei Cedri à la suite de l’exposition anthologique de 2000, à partir de laquelle Elda Berta a fait don du magnifique triptyque Estate di San Martino [Été de saint Martin] (1895-1905) comme le matériel vaste et varié ? comprenant non seulement des dessins, des croquis et des carnets, mais aussi des cartes signées, des objets personnels, des photographies et des écrits sur l’artiste ? a été donné par les héritiers. Avec le carnet acquis par les Amis en 2004, ces donations nous permettent aujourd’hui de restituer dans sa complexité la figure de cet artiste aux multiples facettes, à la fois peintre, archéologue, conservateur et historien d’art.

Aux côtés des artistes déjà mentionnés, Adolfo Feragutti Visconti est une autre figure marquante de la collection du musée et un exemple emblématique de l’esprit de l’institution de Bellinzone qui a voulu, dès le début, étudier et réévaluer l’histoire de l’art local entre le XIXe et le XIXe siècle, considéré à tort comme mineur. À partir des œuvres de Feragutti Visconti présentes dans les premiers noyaux de la collection, dont un petit panneau intitulé Maternità [Maternité] (1885-1890) de la donation Pico, le musée a progressivement promu des recherches et des expositions qui ont permis d’annexer des peintures souvent significatives, comme la Natura morta : uva nera e uva bianca [Nature morte : le raisin noir et le raisin blanc](1885-1890), acquis par les Amis de Villa dei Cedri en 1997, ou La signora delle ortensie [La dame des hortensias](1920-1921), splendide portrait à la mode avec un coup de pinceau fluide et évanescent, offert en 2000 par les héritiers Clemente Molo, autres généreux donateurs de la Villa dei Cedri.

 

Un autre genre très populaire au XIXe siècle et bien représenté dans la collection est le paysage, dont nous mentionnons au moins La vigna o Paesaggio nei dintorni di Milano [Le vignoble ou Paysage aux environs de Milan] (1884) de Giovanni Segantini, entré par la donation Pico en 1987, qui est l’une des vues les plus convaincantes faites pendant la période en Brianza de l’artiste : elle est nue et essentielle, mais pleine d’effet atmosphérique. Selon l’inscription manuscrite au dos du cadre, la toile appartenait au peintre et marchand Vittore Grubicy de Dragon, un ami de Segantini. Le musée possède deux magnifiques paysages appartenant au cycle Poema panteista - Sinfonia invernale [Poème panthéiste – Symphonie hivernale], conçu et créé par Grubicy à Miazzina, un village sur le lac Majeur, où il s’est installé pendant longtemps depuis 1886. Le premier, intitulé Inverno a Miazzina [Hiver à Miazzina] (1898), a été ajouté à la collection en 1991 grâce à un don des Amis de la Villa dei Cedri.

 

La croissance d’une collection dépend de l’activité d’exposition ciblée et cohérente d’un musée. Ce fut également le cas pour l’exposition Viaggio verso le Alpi [Voyage dans les Alpes] en 1997, qui a encouragé, en 1998, le dépôt d’un grand nombre d’œuvres paysagères suisses de la collection de la Confédération suisse et, en 2002, le don de huit autres paysages du tournant du XIXe au XIXe siècle par la Fondation Domenico Noli de Bellinzona. Les œuvres de cette Fondation, y compris une vue de l’Urirostock, sul Lago dei Quattro Cantoni [L’Urirostock, sur le Lac des Quatre-Cantons, 1850-1860] par Johann Gottfried Steffan de Zurich, un Paesaggio alpino con viandanti [Paysage alpin avec des voyageurs, 1850-1870] de Friedrich Zimmermann d’Argovie et un Paesaggio con tre pastorelli nei pressi di Crémieu – Delfinato [Paysage avec trois Pastoureaux près de Crémieu – Dauphiné, 1850-1870] d’Elisée Jules Gustave Castan de Genève, ont enrichi le chapitre important de la peinture suisse entre le XVIIIe et le XIXe siècle. Les trois paysages documentent la délicate phase de transition du Romantisme, à laquelle les deux premiers font encore référence, au Naturalisme pré-impressionniste, qui caractérise l’œuvre de Castan, proche en couleur et en lumière à la manière d’Antonio Fontanesi.

Parmi les Tessinois, qui ont accueilli les suggestions du Novecentismo italien avec des sensibilités et des résultats différents, il y a Mario Moglia, Bruno Morenzoni, Felice Filippini, Alberto Salvioni, Mario Ribola, Jean Corty, Filippo Boldini, dont Villa dei Cedri possède depuis 2000 un riche dépôt de la commune de Paradiso près de Lugano, lieu d’origine du peintre, comprenant trente-sept peintures et plus de quarante dessins gravis entre les années Trente et la moitié des années 1980.

Le XXe siècle, entre Arturo Martini, Carlo Carrà, Mario Sironi et Arturo Tosi, est le riche réservoir dans lequel puise Giovanni Molteni, originaire de Brianza mais adopté au Tessin, dont le musée possède un riche fonds, créé après l’exposition de 1989 et composé en partie d’œuvres déposées par un collectionneur privé. En plus de la pinacothèque de peintures, le musée abrite également la bibliothèque personnelle du peintre et de vastes archives, y compris l’inventaire des œuvres dressé par Marco Bernasconi. Sculpteur, peintre et critique, Giuseppe Foglia est une figure marquante de l’histoire du XXe siècle tessinois. Le musée possède une importante collection, conçue à partir de la peinture Studio [Étude] (1939-1940), offerte par la Fondation Lucchini en 1989. L’exposition rétrospective, organisée à Villa dei Cedri en 1993, a stimulé l’intérêt pour l’artiste, ce qui s’est traduit par un enrichissement de la collection avec des peintures, des cartes et des sculptures, reçues sous la forme d’un dépôt des héritiers Feuilles, des acquisitions et donations, dont il faut au moins rappeler celles de la Fondation Mario Della Valle, les Amis et Carlo Bonetti, un avocat et collecteur de Bellinzona qui était particulièrement attaché à son musée et sa ville. Grâce à sa générosité, Villa dei Cedri a également pu développer d’autres noyaux, comme celui d’Edmondo Dobrzanski, dont la collection a été construite en étroite collaboration avec l’artiste à partir de l’exposition monographique de 1989. Elle s’est ensuite progressivement enrichie jusqu’aux dernières donations Bonetti en 2010 de treize portraits à l’encre sur papier, dont la plupart datent de l’époque zurichoise de l’artiste (1942-1950).

Carlo Bonetti est également responsable de l’expansion de l’importante collection de Giovanni Genucchi, qui comprend non seulement des sculptures et des esquisses, mais aussi une archive documentaire et photographique complète. Les œuvres de la collection sont principalement le résultat du legs des héritiers Genucchi et du soutien des Amis de Villa dei Cedri ainsi que de la Fondation Lucchini. Dans ce cas également, c’est la présentation de l’artiste dans une exposition monographique en 1987 qui a donné lieu à l’acquisition des œuvres et à l’annexion de la collection monographique. Ce fonds permet ainsi de retracer les recherches du sculpteur du début des années 1950 aux années 1970, visant à retrouver les racines d’un sentiment fantastique et sacré de la condition humaine inhérent à ce que Virgilio Gilardoni définit comme « l’art paysan des Cisalpins » et qui, dans Genucchi, se traduit en une mise à niveau de la figure féminine.

 

Outre le XXe siècle au Tessin et en Italie, le musée a soutenu la recherche sur l’art suisse, en accordant une attention particulière aux œuvres sur papier qui constituent l’âme de l’institution de la ville. La collaboration avec les héritiers de l’artiste pour l’exposition de 1994 sur Fritz Pauli a permis un enrichissement substantiel du secteur graphique suisse, avec le don de cinq feuilles de gravures et de crayons suivi, en 1997, d’autres dons d’expressionnistes germano-suisses tels que Johannes Robert Schürch, Albert Müller ou Gregor Rabinovitch, qui ont longtemps vécu et travaillé au Tessin. Leur présence nous rappelle que, dès les premières décennies du XXe siècle, le Canton a été une destination accueillante pour de nombreux artistes confédérés et d’autres nationalités, qui ont donné un caractère spécifique à cette province, influencée non seulement par sa culture d’origine mais aussi par une forte composante nordique.

La comparaison avec les cartes du Tessin du XXe siècle ? un autre point central de la collection ? en témoigne également. Dans le Tessin de l’après-guerre, il y a eu en effet un phénomène intéressant d’épanouissement du graphisme et, en particulier, de l’art xylographique, qui a été l’un des principaux moyens d’expression d’artistes tels que Aldo Patocchi, Giovanni Bianconi et Ubaldo Monico. Monico est de loin le xylographe le plus représenté au musée avec une collection de près de cent cinquante estampes, annexée en 1996 grâce à la donation des héritiers de l’artiste et complétée par la même famille et par Carlo Bonetti. En plus des estampes, la collection comprend également des papiers et des toiles, de nombreuses matrices en bois, des plaques gravées, des documents et d’autres matériaux différents, tous provenant de l’atelier de l’artiste et de sa maison natale.

 

Au sujet de la gravure sur bois, on ne peut manquer de mentionner la célèbre série des Intimities de Félix Vallotton, un véritable bijou dans la section graphique du musée. Publié par la « Revue blanche » en 1898 et composé de onze planches, tirées à trente exemplaires seulement, il est aujourd’hui très recherché. Parmi les premières acquisitions des Amis du Musée en 1992, les Intimités de Vallotton sont à l’origine du parcours graphique du musée qui s’est ensuite ouvert à l’art contemporain au Tessin et en Italie.

 

La collection d’œuvres graphiques comprend des collections monographiques d’artistes tessinois comme Mario Marioni, Giuseppe Bolzani, Massimo Cavalli, Paolo Mazzuchelli (PAM) et d’artistes italiens, notamment lombards, comme Italo Valenti ? dont le musée possède un grand nombre d’œuvres appartenant à sa saison informelle moins connue ?, Enrico Della Torre ? qui en 2001 avec son épouse Christa, ont attribué 110 œuvres à Villa dei Cedri, dont des tableaux, dessins et gravures réalisés entre 1953 et 2000 ? et Giulia Napoleone. Ces fonds confirment la volonté du musée d’opérer dans le sillage d’un discours régional ouvert, capable de faire dialoguer le contexte « local » avec le contexte international, notamment, mais pas exclusivement, dans le domaine de l’art informel. En termes plus généraux, on peut dire que Villa dei Cedri s’est vraiment concentrée sur les moments de transition : celui qui du Naturalisme se tourne vers le Symbolisme pour l’art du passé et celui qui de l’Expressionnisme se tourne vers l’Informel pour le présent.

Ce n’est donc pas un hasard si la collection de Massimo Cavalli, peintre et graveur à la vocation informelle certaine et précoce, constitue l’un des points forts du musée, avec environ deux cent cinquante œuvres, dont des peintures sur toile et sur bois, tempera, aquarelles, techniques mixtes sur papier, imprimés (plus de deux cents) et environ dix éditions originales. Le geste généreux de l’artiste qui, en 2011, a transformé ses dépôts en donation, ainsi que le légat d’Adriano et Luciano Camani de 2011, confirment sa présence dans la collection, enregistrée depuis 1990, qui couvre désormais l’ensemble de sa production dans les différentes techniques graphiques et de peinture, des années Cinquante à nos jours. La croissance constante de la section d’art contemporain, en plus de donner le pouls d’une situation et d’une recherche actualisée sur le territoire, révèle un aspect fondamental de la fonction et de l’activité du musée, qui est d’offrir des occasions de rencontres et d’échanges culturels, d’activer le débat et de promouvoir la connaissance. La généreuse disponibilité des artistes qui ont donné ou déposé leurs œuvres, ainsi que les expositions, études et rencontres publiques avec certains artistes présents avec des fonds monographiques dans les collections de Villa dei Cedri en sont la preuve.

 

Traduction libre tirée de Lucia Pedrini-Stanga, “Il museo racconta e si racconta”, in Carole Haensler Huguet et Carlotta Rossi (dir.), Tra sogno e realtà. Ottocento e Novecento dalla collezione del Museo Civico della Città di Belinzona, catalogue d’exposition (Milan, Museo della Permanente, 4 septembre – 11 octobre 2015), Genève-Milan, Skira, 2015, p. 23-31.